Objectif Terre  | Au Nom de la Déesse-Mère

Objectif Terre | Au Nom de la Déesse-Mère

Le blog-notes d'Olivier Daniélo | La crise écologique est une crise de filiation | 2007-2017: 3.811.774 pages vues | Vous cherchez un article ? RDV sur google.fr: écrire ses mots clés suivis de l'opérateur site:electric-ecosystem.com | @ElectricEcosyst | Contact: olivierdanielo (at) gmail.com | Bio: https://sites.google.com/site/olivierdanielo/

Réponse à un lecteur

Publié par Olivier D sur 10 Mars 2017, 14:45pm

Réponse au lecteur (qui serait bien inspiré de m'indiquer son adresse e-mail, cela serait plus simple pour communiquer): un back-up centrales thermiques (y compris biogaz) permet d'envisager sans aucun problème 80-90% de solaro-éolien +stockage batterie intraday en France. 10% de back-up thermique (la puissance thermique nécessaire est très inférieure à 90 GW) pour gérer les périodes avec peu de vent et de soleil, en quoi cela devrait-il être interdit ?

Message du lecteur: Nous avons vu ce qu'il en était avec 220 GW d'éolien et 242 GW de photovoltaïque pour produire, en moyenne pluriannuelle, 270 TWh + 180 TWh = 450 TWh d'électricité (60%+40%) et 90% de la consommation (500 TWh).

N'hésitons pas à augmenter fortement l'éolien et aussi le solaire, pour respecter le rapport 60%/40%, et à produire beaucoup plus en une année que ce qui est consommé. Puis, constatons les excédents et surtout les déficits, avec une parcimonieuse capacité de stockage en batteries de 360 GWh.

Pour mémoire, le maximum historique de production a été de 38,8 GWh/jour pour les STEP et de 102,7 GWh pour l'hydraulique de lacs. Mais on n'a atteint ces valeurs qu'une seule fois en quatre ans. Encore faut-il que les STEP ne soient pas vides et que le niveau de l'eau dans les lacs soit suffisant.

Avec 300 GW éolien et 330 GW solaire, la production aurait été :
- en 2016 : de 577 + 412 = 989 TWh (58%/42%) pour une consommation de 480 TWh (x2,06, plus du double),
- en 2015 : 645 + 432 = 1.077 TWh (60%/40%) pour une conso de 472 TWh (x2,28),
- en 2014 : 602 + 404 = 1.006 TWh (60%/40%) pour une conso de 462 TWh (x2,18),
- en 2013 : 612 + 382 = 994 TWh (62%/38%) pour une conso de 492 TWh (x2,02),
- en 2012 : 637 + 394 = 1.031 TWh (62%/38%) pour une conso de 487 TWh (x2,12).

Cette très forte surproduction solaro-éolienne annuelle n'aurait pas empêché de graves déficits certains jours de l'année, sans que ceux-ci puissent être comblés par le stockage en batteries, les STEP ou l'hydraulique de lacs.

Par exemple, pour janvier 2017, malgré 300 GW d'éolien et 330 GW de solaire.
Le 30 décembre précédent, éolien+solaire n'auraient produit que 625 GWh pour une consommation de 1.737 GWh et un déficit de 1.112 GWh. Après avoir mis les STEP à sec en prélevant 40 GWh et vidé les 360 GWh de batteries, il aurait encore manqué 712 GWh. Ce qui n'aurait pas été comblé par l'hydraulique de lac, avec son maximum historique de 102 GWh par jour, ni par d'hypothétiques importations, limitées par une capacité d'import théorique de 12GW (de 9 GW seulement comme maximum historique), une énergie maximale d'import de 140 GWh par jour et surtout par l'existence non garantie de très importants surplus potentiels chez tous nos voisins.

Le 31 décembre, éolien+solaire n'auraient produit que 579 GWh (dont 4 fois plus de solaire que d'éolien, près du solstice d'hiver) pour une consommation de 1.724 GWh et un déficit de 1.145 GWh. STEP vides, batteries vides, limites de l'hydraulique de lac et des importations, situation insoluble (les sept ponts de Königsberg).

La même situation se reproduit jusqu'au 4 janvier 2017 et ensuite à plusieurs occasions dans le mois. Mais de toute façon, cela est totalement illusoire car personne n'accepterait l'installation de 300 GW d'éolien, soit 25 fois plus qu'à ce jour. L'implacable réalité statistique.

Archives

Articles récents