Objectif Terre  | Au Nom de la Déesse-Mère

Objectif Terre | Au Nom de la Déesse-Mère

La crise écologique est une crise de filiation. "Mais nous n'avons pas de Père. Vari (Marie) toute seule nous a mis au monde" (Chant de la création, île Mangaïa) | "Le mariage détruit les familles. Qui partage le même bol ne partage pas le même lit" (dicton des Mosos du Tibet)" | 2007-2017: 3.811.774 pages vues | Vous cherchez un article ? RDV sur google.fr: écrire ses mots clés suivis de l'opérateur site:electric-ecosystem.com | @ElectricEcosyst | Contact: olivierdanielo (at) gmail.com | Bio: https://sites.google.com/site/olivierdanielo/

Non, la France n'a pas besoin du Power-to-Gas pour passer au 100% Renouvelable

Publié par Olivier D sur 10 Avril 2017, 10:50am

Non, la France n'a pas besoin du Power-to-Gas pour passer au 100% RenouvelableNon, la France n'a pas besoin du Power-to-Gas pour passer au 100% Renouvelable

Certains (qui bien souvent ont des intérêts dans le business gazier) veulent nous faire croîre que nous avons absolument besoin du power-to-gas pour passer au 100% Renouvelable. Ils nous disent, le sourire aux lèvres, que les batteries ne peuvent assurer que quelques heures de stockage, alors que l'infrastructure gaz déjà en place en place permet de tenir plusieurs mois.  

Sur l'île de Tau Tesla a installé une centrale solaire assistée de powerpacks, autrement dit de grandes batteries. Pour les longues périodes avec peu de soleil un back-up diesel prend la relève et répond à moins de 10% de la demande annuelle.

Le modèle de Tau est réplicable partout sur Terre, en combinant solaire et éolien dans les régions du monde à forte variation saisonnière de l'ensoleillement.

Il est donc important de faire la différence entre stockage et back-up. Comme l'ont par exemple démontré le chercheur Christian Breyer et ses collègues du MIT finlandais, un stockage intrajournalier (ce que permettent batteries et STEP) suffit pour parvenir à de très hauts niveaux de pénétration du solaro-éolien (>80%). En acceptant de perdre une petite partie de la production solaro-éolienne en excès le taux de pénétration augmente significativement. 

Pour passer de 80% d'EnR à 100% d'EnR vouloir pousser uniquement avec le solaro-éolien et d'énormes quantités de stockage et un fort taux de perte n'est pas la bonne approche. Il vaut mieux complèter avec l'approche du back-up, back-up reposant sur les lacs de barrage (à ne pas confondre avec les STEP) et les centrales thermiques classiques.

Les centrales thermiques classiques peuvent être alimentées par du gaz fossile, du biométhane et éventuellement (non indispensable) de l'électro-méthane, autrement dit du syngas. Ce syngas peut être produit sur des sites du monde à très fortes ressources hydrauliques, géothermiques ou solaro-éoliennes. Puis exporté (plusieurs formes chimiques sont possibles pour le transport) vers les pays demandeurs. Pour que la production soit rentable il faut que les électrolyseurs et les méthanateurs fonctionnent bien davantage que quelques centaines d'heures par an.

Ce système de back-up peut sans problème répondre à entre 10 à 20% de la demande électrique annuelle. Point souvent mal compris ou méconnu: investir dans 1 GW de centrale à gaz coûte 10 fois moins cher qu'investir 1 GW de centrale nucléaire. 50 GW de centrales à gaz c'est un investissement correspondant à celui du projet nucléaire d'Hinckley Point C (EPR).

OD



 

Archives

Articles récents