Objectif Terre  | Au Nom de la Déesse-Mère

Objectif Terre | Au Nom de la Déesse-Mère

Le blog-notes d'Olivier Daniélo | La crise écologique est une crise de filiation | 2007-2017: 3.811.774 pages vues | Vous cherchez un article ? RDV sur google.fr: écrire ses mots clés suivis de l'opérateur site:electric-ecosystem.com | @ElectricEcosyst | Contact: olivierdanielo (at) gmail.com | Bio: https://sites.google.com/site/olivierdanielo/

"Et que les choses soient claires, c’est bien d’amour libre dont il s’agit et non d’union libre"

Publié par Olivier D sur 4 Avril 2017, 09:21am

Le mariage pour tous ? Au contraire, pour personne.
OD


"(...) Le terme d’amour libre est utilisé depuis la fin du xixe siècle pour décrire un mouvement social qui rejette le mariage, perçu comme une forme d’esclavage social, surtout pour les femmes. La plupart des penseurs anarchistes à l’exception de Pierre-Joseph Proudhon, défendent vigoureusement l’égalité des sexes (...)

Et que les choses soient claires, c’est bien d’amour libre dont il s’agit et non d’union libre :

« L’union libre, regardée comme un contrat, même résiliable à volonté, impliquant des devoirs et des droits, consentis par les deux intéressés, ne se différencierait guère du mariage bourgeois, qui, lui aussi, a ses avantages matériels appréciables. Si nous condamnons cette institution baroque qui prétend nous imposer perpétuellement les mêmes sentiments et nous empêche d’enfreindre ses entraves, malgré les élans du cœur et de la chair, ce n’est pas pour adopter une nouvelle forme de liaison, qui enchaînerait deux êtres, sous le fallacieux prétexte que l’on doit rendre compte à son associé de ses faits, gestes et pensées » (...) 
La vie conjugale tue l'Amour (...)

En février 1887, Moses Hartman est arrêté, en vertu du Comstock Act, suite à la publication d’une lettre assimilant les relations sexuelles imposées dans le cadre du mariage à un viol (...) Lors de la campagne pour l’élection présidentielle américaine de 1872, Victoria Woodhull candidate féministe, est arrêtée pour propos obscènes. Elle avait dénoncé au titre de l’hypocrisie de la morale sexuelle, les relations adultèrines qu’entretenait le pasteur Henry Beecher avec la femme de son meilleur ami (...)

(...) Son père est violent, il frappe ses enfants notamment Emma, la plus rebelle, parfois avec un fouet. Sa mère la réconforte, tentant de modérer son mari. Avec le recul, Emma Goldman analyse plus tard l’origine de la fureur de son père et l’explique, en partie, comme une conséquence de ses frustrations sexuelles Adolescente, elle supplie son père de lui permettre de retourner à l’école. Celui-ci réagit en jetant son livre de français au feu : « Les filles n’ont pas besoin d’étudier autant que cela. Tout ce qu’une fille juive doit savoir, c’est comment on prépare le gefilte fish, comment couper convenablement les pâtes et donner à un homme de nombreux enfants. » (...)  Elle s’oppose aux conceptions traditionnelles de la famille conjugale. Elle s’attaque à l’institution du mariage dont elle dit que « c’est premièrement un arrangement économique… [la femme] le paie avec son nom, sa vie privée, son estime de soi, toute sa vie ».

Errico Malatesta: « Croyez-vous qu’il peut exister un amour esclave ? […] l’amour vrai ne peut exister, ne se conçoit pas sinon parfaitement libre […] L’adultère, les mensonges de toutes sortes, les haines longuement couvées, les maris qui tuent leurs femmes, les femmes qui empoisonnent leurs maris, les infanticides, les enfants qui grandissent parmi les scandales, les querelles familiales […] aujourd’hui […] le monde est un lupanar, parce que les femmes sont fréquemment obligées de se prostituer pour vivre ; parce que le mariage souvent contracté par pur calcul d’intérêt, est toujours pour toute sa durée une union dans laquelle l’amour n’entre pas du tout ou n’entre que comme un accessoire […] Nous voulons la liberté. Jusqu’à présent, les unions sexuelles ont tellement subi la pression de la violence brutale, de la nécessité économique, des préjugés religieux et des prescriptions légales qu’il n’est pas possible de déduire quel sera le mode de relations sexuelles qui répondra le mieux au bien physique et moral de l’individu et de l’espèce (...)

Le couple est toujours un esclavage des mères (...)"

May the Circle Be Open

By the Air that is Her breath
By the Fire of Her bright Spirit
By the Waters of Her womb
By the Earth that is her Body

May the circle be open but unbroken
May the peace (love) of the Goddess
Be ever in your heart
Merry meet,
And, merry part,
And merry meet again.

Le porteur de lumière sexuelle
Le porteur de lumière sexuelleLe porteur de lumière sexuelle

Le porteur de lumière sexuelle

Archives

Articles récents