Objectif Terre  | Au Nom de la Déesse-Mère

Objectif Terre | Au Nom de la Déesse-Mère

Le blog-notes d'Olivier Daniélo | Eco-SphèriToile-ité. La crise écologique est une crise de filiation | « Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse (...) Zarathoustra (Sosie d'Abraham) créa cette fatale erreur qu'est la morale ; par conséquent il doit aussi être le premier à reconnaître son erreur » (Friedrich Nietzsche) | « Chaos ne signifie pas désordre » (Ilya Prigoine) | « Mais nous n'avons pas de Père. Varie toute seule nous a mis au monde » (Vari Ma Te Takere, Chant de la création, île Mangaïa) | « Le mariage détruit les familles» (dicton des Mosos du Tibet) | « La solution communiste de ce problème est l’organisation matriarcale, qui est en même temps la forme la plus parfaite de vie en société puisqu’elle libère et unit tout le monde en faisant du corps social lui-même le centre et la garantie de la plus haute liberté individuelle. Le matriarcat ne connaît pas de limites ni de normes, pas de morale ni de contrôle en ce qui concerne la sexualité » (Otto Gross, psychiatre) | Ana Al Haqq | 2007-2017: 3.805.434 pages vues | Vous cherchez un article ? RDV sur google.fr: écrire ses mots clés suivis de l'opérateur site:electric-ecosystem.com | @ElectricEcosyst | Contact: olivierdanielo (at) gmail.com | Bio: https://sites.google.com/site/olivierdanielo/

Les bioénergies

Attention: Cette page contient des données non mises à jour. Des données récentes montrent que l'impact des agrocarburants est catastrophique sur le plan environnemental et social. D'autre part des cultivateurs uniquement attirés par le profit et peu soucieux de l'environnement et des populations défavorisées cultivent Jatropha curcas sur de bonnes terres, en zone non aride, ceci en compétition directe avec les cultures alimentaires, alors que tous son intérêt écologique est de pouvoir croître en zone aride...

Agrocarburants: arrêtons le massacre!



 Microalgues


De 59 000 à 137 000 litres d'huile par hectare et par an.

 

 
Un carburant à base d'huile d'algue
http://www.greenfuelonline.com/news/Biofutur.pdf

An algae based fuel
http://www.greenfuelonline.com/news/algaefuel.pdf


Voir aussi :

>
Spirulina sp.
> Chlorella sp.

- Consommation mondiale de kérosène estimée pour 2007 :  5,5 mbl/j = 269 Mtep/an (1 baril = 0,1364 tep)

 
- Rendement microalgues : 60 à 137 tonnes d’huile /ha (Source : http://www.massey.ac.nz/~ychisti/Biodiesel.pdf  )
 
> Surface à consacrer avec un rendement de 60 tonnes/ha : 4,48 millions d’hectares =  44 800 km2  soit un carré de 212km sur 212km.

> Surface du Sahara : 9 065 000 km²
 
> Où trouver l’ eau douce pour la culture des microalgues ? : désalinisation par cogénération au niveau des centrales solaires CSP.
> Il est aussi possible de cultiver des microalgues océaniques et d'utiliser de l'eau de mer pour alimenter les bassins (ou bioréacteurs) de culture.

> Où trouver le CO2 nécessaire pour booster la croissance des microalgues ? 
     = > combustion du
biogaz (centrales hybrides solaire/biogaz). Biogaz produit par fermentation méthanique des déchets de Jatropha curcas, de Pongamia pinnata (plantes cultivables en zone aride)...et de microalgues...
     = >
Filière éthanol cellulosique - La fermentation éthanolique du glucose obtenu libère du CO2.




Biométhane

Valorisation des déchets
Chiffres clés :
  

- Rendement moyen : 0,5m3 de biogaz/kg de biomasse
- 1 m3 biogaz à 60% CH4 = 6kWh
- Potentiel biogaz en France (décharges, stations d'épurations, déchets agroalimentaires etc.) : 3,25 millions de tep (1 tep = 11630 kWh)
- Rendement centrale au gaz à cycle combiné : 58%

Gisement valorisable en France en TEP/an
 
nombre de
sites
production actuelle
nombre de
sites potentiels
production récupérable
Stations d’épuration urbaines
180
65 000
200
150 000
Station d’épuration industrielles et industries agro-alimentaires
64
64 000
400
800 000
Décharges
5
19 000
140
300 000
Méthanisation de déchets solides et assimilables (dont industries agro-alimentaires)
1
1 900
270
1 000 000
digesteurs agricoles
10
100
1 000
1 000 000
TOTAL
260
150 000
2 010
3 250 000

3250000 tep = 35 TWh


Objectif Allemagne : obtenir 20% de l'électricité à partir du biogaz pour pouvoir passer à un mix énergétique 100% renouvelable 

Références :  

> http://www.ciele.org/filieres/biomass.htm
> http://www.renewables-made-in-germany.com/fr/biogaz/
> http://hmf.enseeiht.fr/travaux/CD0405/beiere/4/html/binome3/dim_inst.htm


La filière biogaz-électricité

Après captage et contrôle, les 10 000 m3 de biogaz produits par le CSD de Bouqueval sont brûlés dans 3 chaudières. Ces chaudières sont équipées de brûleurs qui s'adaptent automatiquement à la quantité et à la qualité du biogaz entrant, c'est à dire à sa teneur en méthane. Chaque chaudière fournit 30 tonnes de vapeur à 380° C sous 40 bars de pression. Cette vapeur alimente une turbine qui développe 7 500 tours/minute, et entraîne un alternateur produisant finalement près de 20 000 volts d'électricité revendue à EDF .

http://www.valorisation-dechets-bouqueval.veoliaenvironnement.com/technologies/electricite.aspx







Jatropha curcas : une plante en or pour la populations des zones arides

 nepal

Photo : Haies de Jatropha séparant les cultures, Népal. Himal Project.
http://www.lshtm.ac.uk/dcvbu/himal

Par Olivier Daniélo

Jatropha curcas (également appelée pourghère, pignon d'Inde ou médicinier), est une euphorbiacée aux propriétés médicinales originaire d'Amérique centrale et aujourd'hui répandue dans le monde entier. Cultivée en Amérique centrale depuis l'époque pré-colombienne, elle est appelée bagani en Afrique, piñon de tempate, coquillo, coquito, ou encore cotoncillo dans le monde hispanophone et Pinhão de Purga ou Pinhão de Paraguai dans le monde lusophone (Brésil, Cap vert, Portugal). Le mot tempate dérive d'un mot náhuatl (la langue des aztèques) qui signifie médecine de la bouche, en référence à l'usage de la plante pour soigner des infections buccales.

Composition chimique et utilisations de la plante

Au marché des plantes médicinales de Ver-o-Peso de Belém, Brésil, cette plante est vendue mélangée avec la cucurbitacée Luffa operculata et utilisée lors de rituels afro-brésiliens. Le fruit, la graine, l'écorce et les racines contiennent de l'acide cyanhydrique, extrêmement toxique, ainsi qu'une lectine, plus précisément une toxalbumine très toxique appelée curcine, molécule proche de la ricine du ricin (les lectines sont des protéines qui ont la capacité de se lier à des glucides et qui sont utiles à la protection de la plante, par exemple contre les insectes). Les fruits (ainsi que les 2 ou 3 graines qu'ils contiennent) ont des propriétés contraceptives. L'écorce contient un saponoside stéroïdique. Au Gabon, les graines moulues et mélangées avec de l'huile de palme sont utilisées pour tuer les rats. Plusieurs intoxications sévères furent décrites dans la littérature chez de jeunes enfants mais tous eurent une issue rapidement favorable. Cependant, la très forte toxicité de la curcine rend toujours possible un décès par consommation de Jatropha curcas. Du fait de la mauvaise odeur que dégage la plante et de sa toxicité, les animaux ne la consomme pas et elle est donc utilisée, au Mali par exemple, pour faire des haies.

Jatropha curcas produit un fruit riche en huile (le fruit entier contient 25% d'huile et les graines 37%). L'huile est non siccative et est constituée des glycérides des acides stéariques, palmitique, myristique, oléique et linoléique, d'une résine amorphe et un sistostérol, d'un mucilage composé de xylose, rhamnose, acide galacturique et enfin de curcine.

L'huile qui peut être utilisée pour produire du carburant vert, des substituts d'huiles industrielles, du savon (avec de la soude caustique, ou, de manière plus rustique, avec des cendres de bananes brûlées), des bougies ou encore du vernis (après oxydation avec des oxydes de fer); Elle est par exemple utilisée pour l'éclairage public de rues près de Río de Janeiro et pour alimenter des groupes électrogènes de nombreux villages au Mali. Les fruits séchés et couverts d'huile de palme s'utilisent comme torches qui peuvent être utilisées même avec des vents puissants. L'huile est aussi utilisée comme purgatif, par exemple au Portugal (huile produite au Cap vert). A utiliser en très petite quantité, la méthode est radicale et la consommation d'une trop forte quantité est très dangereuse. Elle est aussi utilisée pour soigner des maladies de la peau et pour calmer les douleurs rhumatismales. Le latex possède également des propriétés antiseptiques.Un extrait éthanolique de Jatropha curcas a été confirmé in vitro et in vivo efficace contre la leucémie.

Le jus de la feuille a une couleur rouge et colore les tissus d'une couleur noire indélébile. L'écorce contient 37% de tanins qui donnent une couleur bleu obscur (le latex contient également 10% de tanins). Les tourteaux obtenus après extraction de l'huile par pressage à froid sont de très bons fertilisants (teneur en azote égale à celle des fiante de volaille). La plante est fixatrice d'azote (bactéries symbiotiques au niveau de son appareil racinaire). Détoxifiés, ils peuvent servir pour nourrir le bétail ou les volailles compte-tenu de leur teneur protéique élevée (55-58%). Cette plante qui pousse en zone tropicale aride ou semi-aride permet de lutter contre l'érosion des sols et est utilisée à cette fin en zone sahélienne, au Cap Vert et en Bolivie. A Madagascar, elle sert de tuteur pour la culture de vanille.

x007

Photo : haie de Jatropha curcas, Mali - http://www.jatropha.net

Jatropha : l'or vert du désert

L'énorme avantage écologique de Jatropha curcas  est que sa culture en zone aride n'entre pas en compétition avec les cultures alimentaires ou les forêts. Le développement des agrocarburants a un impact environnemental et social non négligeable : en Malaisie, des forêts très riches sur le plan de la biodiversité et habitat notamment de l'Orang outan sont détruites pour planter des palmiers à huile. Au Mexique le prix de la tortilla, aliment de base de la population, a flambé récemment du fait de l'achat du maïs par les USA pour produire de l'éthanol).

Le rendement moyen en huile avec Jatropha curcas est de 1892 litres d'huile pas hectare et par an (rendement en huile du Colza : 572 litres/ha/an ; du tournesol : 662 litres/ha/an; du soja : 446 litres/ha/an).

Avec les autres plantes qui produisent de l'huile en zone aride, Jatropha curcas est particulièrement utile pour subvenir aux besoins énergétiques des populations qui n'ont par exemple pas accès à l'électricité. L'huile de Jatropha peut alimenter un groupe électrogène.

Pour que l'utilisation de Jatropha curcas ait un sens au niveau écologique et social, il est impératif que cette plante soit cultivée hors des zones où des plantes à vocation alimentaire peuvent être cultivées. Et l'huile produite doit être destinéeen premier lieu  aux populations locales.

Exigences écologiques de Jatropha curcas    
(paramètres climatiques et édaphiques dans les conditions naturelles) :

  • Précipitations annuelles : 300 à 1000mm (et plus si sol bien drainé)
  • Période sèche : 3 à 6 mois
  • Altitude : 0 à 1500 mètres
  • Température maximale moyenne du mois le plus chaud : 34°C
  • Température moyenne annuelle : 18 à 28°C

Où la plante croît-elle le mieux ? A une altitude inférieure à 1000 mètres, dans des secteurs arides ou humides, en plaine ou sur des collines, avec des précipitations de 600 à 1200mm et des températures de 18 à 28°C, même si elle peut être plantée sur des sites où la température moyenne mensuelle monte à 34°C. Elle aime les sols pauvres mais les préfère bien drainés. Des sols trop compacts limitent la croissance racinaire. Cet espèce au port arboré ou arbustif qui peut atteindre 8 mètres de haut produit des fruits pendant quarante ans environ et ses qualités insecticides et fongicides conduisent à un usage limité de pesticides. L'espèce peut être attaquée par Lagocheirus undatus, Panthomorus femorauts, Leptoglossus zonatus, Pachycoris torridus et Nezara viridula

 

Références :

Jatropha_plants

 

 

 

Pépinière de Jatropha curcas, Inde
http://www.jatrophaworld.org

















-----------------------------------------




+++ Pongamia pinnata (=Karanj, =Honge)

   
- Un arbre à croissance rapide, fixateur d'azote, résistant à la sécheresse, qui pousse en plein soleil, sur des sols difficiles, même sur des sols salés.
- Précipitations : 500 à 2500mm - T°C : 0 à 50°C...
- Rendement : Minimum 5 tonnes de graines par hectare et par an - Contenu en huile des graines : 30 à 40% d'huile.

Pongamia pinnata (ou Karanj) est un arbre de la famille des Fabacées à croissance rapide, fixateur d'azote, très résistant à la sécheresse, qui pousse en plein soleil, sur des sols difficiles, même sur des sols salés, et producteur d'huile. Température maximale supportée : de 27 à 38°C

L'Inde encourage actuellement fortement la plantation de cet arbre ainsi que de l'arbusteJatropha curcas dans les zones impropres aux cultures traditionnelles, ceci dans l'optique de produire de l'huile végétale.

Des programmes de plantation de cet arbre ont également été lancés en Ouganda et au Cameroun (dans la région de Kumbo), à l'initiative de l' Himalayan Institute of Yoga Science and Philosophy. Cet arbre a un fort potentiel pour lutter contre la désertification, notamment en zone sahélienne.

On peut planter 200 arbres par hectare et chaque arbre permet de produire dès la 5ème année de 25 à 40 kg de fruits dont la teneur en huile est de 30 à 35%. Une personne peut récolter chaque jour (8 heures de travail) 180kg de fruit. Les rendements moyens en huile sont de 1,7 tonnes/ha/an la dizième année, ce qui est excellent ! (une tonne la 5ème année). - + 5,3 tonnes de cakes qui peuvent alimenter une unité de biométhanisation...

Plus d'information sur les rendements :
http://www.svlele.com/karanj.htm

Plus d'infos : http://www.tradewindsfruit.com/pongam.htm (en)

Pongamia pinnata

Pongamia pinnata is also known as pongam or karanja or karanj. Is indigenous to India and Burma/Myanmar and is one of the few nitrogen fixing trees (NFTS) to produce seeds containing 30-40% oil. It is often planted as an ornamental and shade tree but is being considered as an alternative source for [oil].

http://www.bioenergywiki.net/index.php/Pongamia_pinnata






http://megcooperation.gov.in/model-baproj/model%20scheme2/fw/pongamia.htm

Introduction

Self reliance in energy is vital for overall economic development of our country. The need to search for alternative sources of energy which are renewable, safe & non polluting assumes top priority in view of the uncertain supplies & frequent price hikes of fossil fuels in the international market. Among the many species, which can yield oil as a source of energy in the form of biodiesel, Pongamia pinnata has been found to be one of the most suitable species due to its various favourable attributes like its hardy nature, high oil recovery and quality of oil, etc. It can be planted on degraded lands through Joint Forest Management (JFM), farmer’s field boundaries, Wastelands / fallow lands.

Indigenous production of Pongamia oil will save foreign exchange worth of several million dollars & also generate employment opportunities in rural areas.

NABARD, as an apex institution with regard to policy, planning and operation in the field of agriculture and rural credit, is actively involved in extending credit support for renewable energy development in rural areas along with other financial institutions. Development of wastelands through energy plantations, biodiesel crops / Tree borne oilseeds is identified as a thrust area for which NABARD is extending 100% refinance to banks at a concessional rate of interest. ...

Suite...:
http://megcooperation.gov.in/model-baproj/model%20scheme2/fw/pongamia.htm


Revue de presse Karanj :

http://news.google.fr/news?hl=en&ned=us&q=karanj

Biofuel for the Future

Pongamia! Drought resistant, long-lived, soil enriching, the miraculous pongamia (rhymes with mama mia) tree, native to South India, produces seeds which yield a fuel oil and many other products. With minimal refinement, the oil of pongamia’s seeds replaces diesel fuel in engines of cars, trucks, and tractors. Stationary generators, widely used as the primary means of rural electricity production in India, can operate directly on raw, unrefined pongamia oil. (...)

http://www.himalayaninstitute.org/Inside/BioFuelArticle.aspx

Fournisseur de graines de karanj (Pongamia) :

http://www.renulakshmibiofuels.com/oil-seed.html#pongamia

Renulakshmi Agro Industries (India) Limited
Mr. V. N. Selvaraju
Jeyasanthi Tower, 1373-A, Sathyamangalam Road, Ganapathy Post
Coimbatore-641 006, Tamil Nadu, India
Phone : +(91)-(422)-2534884
Mobile : +(91)-9360607070
Tele Fax : +(91)-(422)-2534884
Factory no : +(91)-(422)-5541737
E-mail:
renulakshmiagro@gmail.com, renulakshmiagro@rediffmail.com, info@renulakshmibiofuels.com
boing.jpg

Microalgues et transports aériens :

microalgues-copie-1.jpgCalcul purement théorique car il est évident qu'il convient de supprimer la majorité des vols court  et moyen courrier (et de les remplacer par des transports collectifs électriques du type TGV ou Maglev) et de garder les biofuels pour les longs courriers :

Archives

Articles récents